Supervision du 27 mars : le coach et ses émotions

Que faire de son ressenti face à un client lors d'une séance de coaching ? Et surtout, d'un ressenti négatif : ces émotions ne sont-elles pas le noeud de la problématique de votre client ?

Les émotions :  une difficulté ?
Dans la relation des phénomènes transférentiels interviennent (ce que les analystes appellent : transfert et contre-transfert) qui sont une aide précieuse pour le coach lorsqu'il est en mesure d'avoir une position méta et non être en panique de ne pas savoir prendre en compte ce qui fait résonance en lui.

Pour comprendre la situation transférentielle, voici un extrait de l'article : Transfert et contre-transfert, deux leviers solidaires et puissants du travail analytique Hélène Brunschwig Dans Imaginaire & Inconscient
Une de mes patientes tenait un discours qui, depuis quelque temps, m’agaçait beaucoup sans que j’aie pu comprendre cette impression ni l’analyser. Il me semblait qu’elle cherchait tout le temps à « me mettre dans son camp ». J’ai utilisé cette impression en lui en faisant part, avec le plus de tact possible. Elle m’a répondu : « ah ! oui j’agace tout le monde avec ce besoin de me justifier toujours, et ça exaspérait mon père qui me battait ». De là est venu un discours très long et très émouvant sur son enfance. Si je n’avais pas dit mon « ressenti », elle serait restée peut-être avec ce discours répétitif et stérile.
Cette connaissance du patient à travers le contre-transfert est indispensable, mais il ne faut pas oublier que ce ressenti interne nous fait aussi réfléchir sur nous-mêmes et découvrir des horizons cachés, fort utiles. Il a donc deux fonctions. [...]
Une autre de mes patientes m’a ainsi mise en face d’un de mes problèmes. Au cours d’une séance, elle m’a dit : « J’ai beaucoup de soucis d’argent ». J’ai immédiatement pensé : « Je la fais payer trop cher ». Au lieu de la laisser parler de ce problème, étourdiment, je lui ai rétorqué : « Vous savez, si vous trouvez que je vous demande trop cher, je pourrais baisser mes prix - Ah ! je savais bien que vous n’étiez pas claire avec l’argent…» a-t-elle répondu. Ce qui était parfaitement vrai. Je lui ai donc dit la fois suivante : « Vous savez, quand vous m’avez dit que je n’étais pas claire avec l’argent, vous avez mis le doigt sur ma difficulté à faire payer mes patients… Je préfère que l’on puisse en parler de façon à ce que mes problèmes ne pèsent pas sur vous ». A ce moment elle a éclaté en pleurs, en me disant : « Vous êtes la première personne à me dire que vous ne voulez pas peser sur moi, tout le monde a l’habitude de me coller des fardeaux sur le dos, je me sens comme sous le poids d’une pierre tombale, sans pouvoir la soulever. » En ne passant pas sous silence mon erreur et en analysant mon contre-transfert devant ma patiente, j’ai pu entraîner toute une chaîne de réactions verbales très importantes chez elle. De plus, j’ai pu lui montrer que cette culpabilité qu’elle avait provoquée chez moi, elle l’induisait aussi chez d’autres personnes et que d’une certaine manière, elle suscitait ce poids qui l’écrasait.
Est-ce le moment de quitter l'avion parce que cela fait résonance en vous ?

En réalité, dans le domaine du coaching, cette résonance est notre 3ème écoute. 
Ce qu'en dit Vincent Lenhardt dans LA 3ème ECOUTE, propos introductifs à l'écoute 
(extraits Audio que nous pourrons écouter lors de notre prochain groupe)
Dans l'accompagnement d'une personne ou d'une équipe, il ne suffit pas d'écouter les mots prononcés (1ère écoute), et l'ensemble des messages non verbaux émis par la personne (voix, gestes, expression corporelle (2ème écoute).
Il est important pour l'accompagnateur d'écouter l'émergence en soi-même des sensations, émotions, comportements, pensées et fantasmes en face de la personne écoutée. Et de discerner entre ce qui vient du contexte, ou de sa problématique personnelle en tant qu'écoutant, et de ce qui résulte de la rencontre des inconscients, on appelle cela en terme psychanalytique "l'analyse du contre-transfert". Ceci se fera d'autant mieux que la personne accompagnante (coach, thérapeute, manager, agent de changement ...) aura nettoyé suffisamment "ses lunettes", c'est à dire, aura fait un travail sur soi, son histoire, son inconscient etc ....

Pour aller plus loin
Voir aussi LE PROCESSUS PARALLELE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour publier votre commentaire, écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus. Cliquer sur Publier.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...